Presse

La nostalgie de l'enfance

 

8h40, hier matin, à la salle polyvalente. La bourse aux miniatures et aux jouets anciens doit ouvrir dans 20 minutes. La trentaine d'exposants termine tout juste d'installer ses stands.Dehors, il n'y a pas de file d'attente comme dans les grands salons de la région. Mais les premiers collectionneurs sont là. Le pas pressé.

 

"Si on cherche quelque chose de précis, il vaut mieux arriver le premier" explique Régis Fritsch, 25 ans, de Scharrachbergheim, qui a accumulé une quarantaine de petits trains de valeur depuis une dizaine d'années. Il fait partie des jeunes passionnés peu nombreux.

La bourse est fréquentée par une grande majorité de jeunes retraités. Pourquoi? "Depuis un an, je cherche un train bien précis, que mon père avait acheté quand j'étais petit et qui a disparu, raconte Patrice Dupont, de La Broque. Je me souviens des étincelles du train, du goût du bobinage. J'ai envie de faire revenir toutes ces odeurs de l'enfance." Et il est prêt à mettre le prix. "J'ai vu l'an passé ce train à Mulhouse à 1100€, avec les wagons. Comme un imbécile, je ne l'ai pas acheté."

 

Un rendez-vous de qualité

Pour les Noël, de Pfulgriesheim, un couple de retraités, le but est aussi de "se rappeler la jeunesse". Monsieur est parti de 0 en 2000. Aujourd'hui, il a 472 voiturettes. Autre profil, même motivation pourJoseph Epp de Hipsheim. Il a commencé à acheter les figurines Starlux quand il était petit, à la fin des années 1950. Il en avait 25. Qu'il a redécouvertes il y a une dizaine d'années. Les souvenirs d'enfance l'ont poussé à en racheter. Et aujourd'hui il a toute la collection. Mais court encore les bourses. "Il y a toujours des déclinaisons de couleurs rares que je n'ai pas".

Pourtant, il trouve rarement son bonheur dans les salons. "Il y a plus de choix sur ebay, glisse-t-il, un peu gêné. C'est dommage". Il sait bien qu'internet est une concurrence rude pour les exposants, qui doivent aussi désormais affronter la crise. Hier, vers 10h, alors que 200 entrées avaient déjà été enregistrées, le premier bilan était mitigé.

Daniel Vogel, le président de l'association Barr 43ème, qui organise la bourse, était en revanche plutôt content. Sa manifestation, créée en 2000 se maintient. Elle a beau être petite, "elle est très connue et pour sa taille, le nombre de visiteurs est très bon, car il y a de la qualité".

 

Article paru dans les DNA, Lundi 2 Mars 2009, Guillaume Muller

 

 

 

 

 

Des petites voitures pour les grands amateurs

 

L'association Barr 43ème a présenté son 10ème salon de miniatures à Valff, hier. Près de 300 personnes s'y sont rendues.

"C'est notre 15ème édition. Comme les années précédentes, nous avons 28 exposants, qui sont des amateurs mais aussi des professionnels", se félicité Daniel Vogel, président de l'association Barr 43ème. Dans la salle polyvalente de Valff, 28 exposants venus d'Allemagne, de Lorraine et d'Alsace ont déposé sur des tables voitures, jouets, avions et poupées. "Près de 300 personnes sont venues ce matin", se félicité le président.

Des voitures rares sont aussi de la partie. Et seul un oeil de collectionneur peut faire la différence entre celle vendue en bar-tabac dans des magazines et la perle précieuse. "La rareté et l'état donnent des indices du prix", explique un vendeur de l'entreprise O-tant-jadis. En 18 ans de métier, ce vendeur a acccumulé les pièces authentiques.

C'est d'ailleurs sa réplique de la fourgonnette Baroclem qui est la voiture la plus chère de la bourse. "Elle est à 6500€, indique-t-il. Avec sa boite d'origine, le prix s'est élevé à 13 000€ lors d'une récente enchère." Mise à part, cette rareté, la majorité des vendeurs exposait des miniatures à prix abordables. "Ca commence tout de même à 5€", souligne Daniel Vogel. "On s'offre un petit coup de nostalgie en revoyant ces modèles", s'exclame Alfred, un visiteur. "ce qu'il faut se figurer c'est que les anciens comme moi voyaient ces voitures rouler dans les rues!". Les animaux de la ferme mais aussi les avions ou les soldats : le monde de la miniature reste le monde de l'enfance.

 

Article paru dans l'Alsace centrale, Lundi 3 Mars 2008, Auteur inconnu

 

 

 

Une référence en la matière

 

Pour sa 14ème édition, l'association Barr 43ème a tenu ses promesses auprès des exposants et des visiteurs. Comme toujours lors de ses deux manifestations annuelles à la salle polyvalente de Valff.

Les 27 exposants, en majorité des amateurs éclairés et quelques professionnels, ont surtout présenté des pièces anciennes des années 1950, et dans certaines marques, des pièces très rares. Il y avait aussi des collections entières de petits véhicules classés par famille et par constructeur.

Les prix s'étalaient de 5€ à 20€ pour les modèles les plus courants. Les incontournables "Dinky-toys" en boite d'origine et certains engins de travaux public peuvent eux atteindre des sommets : de 180€ à plus de 2000€ pièces, pour les plus rares.

Selon les organisateurs, ce salon spécialisé est devenu avec le temps un rendez-vous fixe autant pour les visiteurs que pour les exposants. Dans la grande majorité, les acheteurs savent ce qu'ils veulent, ont des listes et ont certainement déjà réservé l'objet rare recherché. Trains miniatures, avions, poupées et jouets anciens n'étaient pas en reste.

La bourse du 43ème de Barr (à Valff) devient incontournable.

Prochaine édition en mars 2008.

 

Article paru dans les DNA, Lundi 26 Novembre 2007, Auteur inconnu

 

 

 

La passion des miniatures

 

C'est dans la salle polyvalente de Heiligenstein, que l'association Barr 43ème a convié hier les collectionneurs de jouets miniatures.

Pourquoi 43ème? C'est qu'un objet est appelé "miniature" dès le moment où il est élaboré dans cette dimension ou dans une dimension plus petite.

Dès 9h du matin, dimanche, à l'ouverture des portes, de nombreux connaisseurs se sont précipités avec catalogues et idées précises, pour contempler ou rechercher la pièce rare.

Le président Daniel Vogel s'est félicité de l'affluence : 104 visiteurs en l'espace d'une heure, le but de l'association étant la rencontre des collectionneurs et l'échange essentiellement.

On a dénombré des exposants venus de Suisse, d'Allemagne, du Haut-Rhin, de la Somme, 14 en tout. Les pièces exposées étaient la plupart bichonnées : beaucoup de miniatures neuves, des marques les plus diverses, les plus recherchées aussi (comme ces Dinky Toys très cotées); il y avait là des kilomètres de rails de chemin de fer, avec des locomotives de grande classe, des wagons de toutes les sortes et même des bâtiment de gare.

 

Russie

Les véhicules de pompiers, rutilants, ont séduit par leur belle couleur rouge, les visiteurs ont découvert une exceptionnelle collection venue de la Russie, avec en regardant de près, un souci du détail, inconnu dans les autres modèles.

Un stand de poupées a attiré les mères et leurs filles : parmi les voitures, on a pu rêver devant celles de James Bond, toutes plus vraies les unes que les autres, et devant les voitures de nos arrière-grands-parents : de Citroën, des Peugeot, des Renault, mais également les anglaises, Jaguar, Roll's, MG sans oublier les Américaines avec les fameuses Chrysler, voitures de stars, et celles d'Italie, les Ferrari étant toujours les modèles recherchés.

En France, les miniatures fabriquées par Solido, sont une des meilleures références. Et là, de très beaux modèles ont fait plaisir à voir.

la salle polyvalente de Heiligenstein, assez vaste, a permis aux visiteurs de déambuler autour des stands d'exposition; une petite restauration sur place a retenu les passionnés qui n'en finissaient pas de s'attarder devant un modèle chéri. Souvent ce sont les papas, qui soupirent plus que les enfants devant le jouet qu'ils auraient tant aimé posséder.

 

Article paru dans les DNA, Lundi 24 Septembre 2001, Auteur inconnu

 

 

 

Petits modèles, grandes passions

 

C'était la première, ce ne sera pas la dernière. La bourse aux modèles réduits organisée tout au long de la journée de dimanche, à la salle des fêtes de la mairie de Barr par la toute nouvelle association "Barr 43ème" a obtenu un succès inespéré.

"La bourse devait ouvrir ses portes à 10h, rappelle le président Daniel Vogel. Eh bien, à 8h, il y avait déjà des gens! Les exposants avaient à peine commencé à déballer... Oui, ceux-là, c'était les vrais collectionneurs, ce qui veulent être les premiers sur "la" bonne affaire..."

L'après-midi, des centaines de visiteurs se sont relayés le long de la vingtaine de tables dressées dans la salle. Quand on parvenait à se faufiler assez près, quitte à jouer un peu des coudes, on pouvait découvrir ces trésors qui ont fait les rêves - et les cadeaux de Noël -  de bien des enfants qui ont désormais pris de l'âge et, parfois, de l'embonpoint.

Les trains Märklin, ou les Jouef, quelques camions de pompiers, avec lesquels on n'aurait jamais osé vraiment jouer, des maquettes de maison au 86ème, de celles qu'on posait le long des rails du train électrique HO...

A propos, tous les anciens (ou actuels) propiétaires de Dinky Toys ou de Solido le savent fort bien : 43ème c'est tout simplement l'échelle de la plupart des voitures en modèle réduit, d'où le nom de l'association organisatrice.

L'un des stands présentait une étonnante collection de voitures Solido à l'état neuf, le plus souvent dans les boîtes d'origine datant parfois des années 50. Le vendeur, qui fait cette recette ne saute pas de joie. Il est même plutôt triste. "J'en ai... J'en avais 1300. C'est quinze, vingt ans de recherchers, d'investissements... Oui, j'avais toute une pièce uniquement consacrée à ma collection..."

 

Un deuil à faire

Des circonstances familiales font qu'il lui a faut à présent se séparer de ses bébés. Douloureux, sans doute. "Non, maintenant, ça va. le plus dur, c'est quand j'ai vendu la première. Au fur et à mesure, ça s'atténue..." Le deuil n'est pas tout à fait accompli, mais il est sur la bonne voie, et des amis collectionneurs tâchent de le consoler.

Ce petit coin de tristesse (discrète) n'a en rien atténué la brillance des yeux visiteurs. Il y en avait de tous les âges et, qu'on ne s'y méprenne pas, il y avait aussi des dames. Toutes les petites filles ne jouent pas seulement à la poupée...

Forts du succès de cette première édition, les membres de l'association Barr 43ème envisagent d'ores et déjà la suite des opérations. Un deuxième épisode pourrait se jouer bientôt, mais il reste des choses à affiner.

 

Article paru dans les DNA, Lundi 5 Mars 2001, Christian Gander